Le 7 octobre 2004

Chère Nancy Huston,

J’ai lu avec passion Professeurs de désespoir, le livre le plus important que j’aie lu depuis au moins dix ans !

Vous vous êtes donné la peine de lire tous ces Cioran, Kundera, Beckett et autres Jelinek (prix Nobel de littérature !) dont j’ignorais même le nom !

Moi, j’ai tout lu, sauf justement ces auteurs, dont j’ai reniflé très tôt la turpitude. Je me suis dit qu’il n’était pas besoin de se rouler dans une fosse à purin pour se convaincre que ça sentait mauvais !

Donc, je suis d’accord avec vous en ce qui concerne le terrible masochisme moderne, mais vous en analysez beaucoup mieux les causes que je ne saurais le faire :

1. Les guerres fratricides du XXe siècle (que je compare à la guerre entre Sparte et Athènes, analysée par Thucydide et dénoncée par Démosthène).
2. Les idéologies : le communisme, comme le masochisme moderne, est une resucée du christianisme, doctrine débile dans laquelle nous devons expier une mystérieuse faute originelle, afin de parvenir (messianisme) à une rédemption finale.
3. Les avatars d’une enfance individuelle désaxée, à la suite de la ruine de la famille.

J’espère que ma lettre vous réjouira.

Merci pour votre livre !

René Garrigues