La chanson de la Serène (Abbé Bessou, curé de Saint-André-de-Najac, Aveyron, 1891)
La chanson des moissons
La cansou de las Segas


Là-bas sur le pont de la Chaîne,
Abal sul poun de la Cadeno,
En allant faucher le Pré-Grand,
Ent anen dalha lou Prat-Gran,
Passaient Raymond et Bertrand
Passabou Ramoun et Bertran.
La traître voix de la Serène
La treito bouès de la Séréno
Du fond de l'eau leur chanta
Dal foun de l'aïo lous cantet
Une chanson qui les perdit :
Uno cansou que lous perdet :

"Superbes enfants, belle jeunesse
Cranes éfans, bèlo jounesso
Qui êtes la fleur de mes vallons,
Qué sès la flour de mous vallous,
Les prés sont grands, les jours sont longs :
Lous prats sous grants, lous jouns sous lous :
Vous aurez bien temps dans l'herbe épaisse
Aurés bès tens din l'herbe espèsso
De vous tremper dans la sueur,
De bou goufi din la susous

Près de mon eau, asseyez-vous !
Prè de moun aio, assièta bous !

Qu'au bord du ruisseau chante la caille,
Qu'al bor del riou canto la cailho,
Chante le merle et le loriot,
Canto lou merlio a mai l'oriol,
Que sur les fleurs le papillon
Que sur la flour lou parpaliol
Dans la rosée se mire,
Din la rousado se miralho
Que la cigale et le grillon
Qué la cigale et lous grillous
Poussent crécelle et carillons.
Butou las crès et carillous.

Pour m'écouter les hirondelles
Per m'escouta las hiroundelles
Laissent la tour et le clocher,
Daïssou la tour et lou cloupiè
Les canards viennent de la mare,
Lous canars bènou d'al pescuiè

Du petit bois les tourterelles.
D'al bouscalou las tourterelles
Les rossignols et les pinsons
Lous roussignols è lous pinsous
Chantent mes chants et mes chansons.
Cantou mous cants è mous cansous.

Avant d'aller faucher la prairie,
Aban d'ana dalha la prado,
Venez enfants vous rafraîchir,
Benès éfans bous réfresca,
Venez nager, venez pêcher
Benès nada, benès pesca
Et si la truite vous plaît,
E si la truito bous agrado,
Au fond du gouffre vous plongerez,
Al foun del gourp cabussarés,
Tant et plus vous en attraperez.
Tantos è maï n'attraparés.

Mon eau limpide se promène
Moun aïo limpo sé proumèno
Dans l'ombre tiède du matin.
Din l'oumbro tièdo del mati.
Oh! quel plaisir de s'étendre
O qu'un plasè de s'espandi
De se bercer dans la Serène
De se bressa din la Séréno
Qui revigore et dégourdit,
Que rébiscol é dégourdis
Comme la fontaine du paradis! "
Coumo la foun del paradis "

La traître voix ainsi chantait,
La treito bouès aïtal cantabo,
D'en bas elle montait jusqu'en haut,
D'abal mountabo per amoun,
Si bien que Bertrand et Raymond,
Ta pla qué Bertran et Ramoun
Dans le gouffre profond qui les tentait,
Din lou gourp ploun qué lous tentabo,
Moitié réveillés, moitié rêvant
Mitat relèn, mitat rebèn
Firent le saut pour prendre un bain.
Firou lou sau per prendr' un bèn.

Les faucheurs du village
Lous fenètsaïdes del villatse
Venaient faucher le Pré-Grand.
Beniou fenètsa lou Prat-Gran
Ils sonnèrent Raymond et Bertrand
Sounèrou Ramon é Bertran
Dans la haie, dans le bocage.
Din lou radal, din lou boucatse.

Bertrand, Raymond, hélas ! hélas !
Bertran, Ramoun, hélas ! hélas !
Du fond du gouffre ne revinrent pas.
D'al foun del gourp tournèrou pas.

Et depuis, au fond de l'eau
Et doun dempeï, al foun de l'aïo
Où dorment les enfants perdus,
Ou dormou lous éfans perduts,
A minuit on entend un bruit
A miètso nèts oïsis un bruts

Que la chouette s'en effraye,
Que la mitsoune sén efraïo,
Et le matin toutes les fleurs
E lou mati toutos la flours
En ont les yeux mouillés de pleurs.
N'ou lous èlious mouillas dé plours.

Belle jeunesse dégourdie,
Bèlo jounesso dégourdido,
Quand vous passerez là-bas sur le pont,
Quan passarés abal sul poun,

Oh! ne regardez pas dans le gouffre profond…
O fintes pas din lou gour ploun...
Allez faucher l'herbe fleurie,
Ana dalha l'herbo flourido,

De la Serène et ses chansons,
De la Séréno é sas cansous,
Pauvres enfants, méfiez-vous !
Paoubrés éfans, mefisa bous !