J’avais publié le commentaire suivant, à propos de la Méthode de piano pour débutants de Charles Hervé et Jacqueline Pouillard (I)
J’ai reçu la réponse suivante, probablement d’un professeur de piano (II)
Je lui répondu en (III)

I. Ce livre est indispensable. Arrivé à la moitié du recueil, je n'ai plus pu jouer les morceaux à la vitesse indiquée... et cela m'a rendu un immense service ! En effet, j'ai compris enfin que je n'étais pas capable de jouer du piano correctement et j'ai donc économisé des efforts inutiles. J'avais fait plusieurs tentatives sérieuses dans ma vie, qui se soldaient par des résultats mi-figue, mi-raisin et je n'arrivais pas à déterminer si je devais continuer ou non. Maintenant, grâce à ce test, j'ai compris que je devais arrêter. (Attention : les professeurs acceptent n'importe quel élève et leur font miroiter des résultats inaccessibles ou insatisfaisants.) Et cela ne m'empêche pas d'être mélomane car le sentiment musical et la capacité d'exécution sont deux choses complètement différentes !

II. Dommage de se décourager ainsi...
C'était peut-être tout simplement une question de méthode de travail ou de manque d'encadrement.
Dans tout apprentissage, on passe toujours par des paliers, des périodes où on a l'impression de stagner. C'est tout à fait normal. Il faut persévérer en continuant à son rythme. Et au bout d'un moment, ça repart !
Il faut aussi prendre du plaisir à jouer (même mal !) du moment où on fait le minimum d'effort.
Le chemin qui nous sépare de nos objectifs ne doit pas être vu comme une corvée, mais comme une agréable promenade dans le monde de la musique...

III. Merci beaucoup pour votre message !
Cela dit, je ne suis pas d'accord avec vous, et voici pourquoi. J'ai fait plusieurs tentatives très sérieuses dans ma vie (plusieurs années, deux heures par jour) pour jouer du piano. Je suis même arrivé à un résultat remarquable : jouer l'invention en la mineur BWV 784 sans faute (je suis fan de Bach et j’ai publié mon enregistrement sur mon site). Mon modèle était le grand claveciniste Walcha, mais je crois que je l'ai jouée légèrement mieux que lui.
Oui, mais... Je me suis enregistré d'innombrables fois et toujours j'accrochais quelque part. Une seule fois (ou deux), j'ai fait un sans faute, en pensant à l'inspiration et non à mes doigts (après deux heures de Czerny, à une vitesse débridée). Même si je me réécoute souvent avec émotion, cette joie ne vaut pas l'investissement en temps.
On n'a pas vraiment de plaisir à jouer en accrochant tout le temps, et mon professeur de piano n'a jamais voulu croire que c'est moi qui avais joué chez moi l'invention en la mineur enregistrée.
C'est une question de neurones et non d'apprentissage !