Richesse, profit et spéculation
1988 • 174 pages • Prix : 18 €

Résumé

La richesse d'un objet, par exemple d'un minerai de fer, est une concentration productive, comparable au travail d'une source qui concentre, minéralise l'eau de pluie et la transforme en eau potable. L'argent est la meilleure des choses quand il représente une richesse réelle et permet les transactions, et la pire quand il résulte du profit, c'est-à-dire d'un supplément de rémunération ne correspondant qu'à une tromperie. La "publicité" favorise le profit, car elle ne rend pas publics les mérites réels d'un objet et cache ses inconvénients. Le marché serait la meilleure des choses s'il permettait de comparer effectivement les richesses offertes, de telle sorte que le meilleur gagne. Malheureusement, il est systématiquement truqué par la "publicité", les ententes, la guerre économique.
La recherche du profit ruine la richesse réelle et instaure la guerre entre les hommes : par exemple, dans le naufrage de l'Erika, un individu a voulu augmenter son profit en diminuant le prix du transport, donc la sécurité, et il a appauvri énormément le patrimoine commun, la richesse du littoral atlantique. Contrairement au postulat de l'économie politique depuis Adam Smith, il n'y a pas de main invisible qui transforme la somme des petites exactions individuelles en une augmentation de la richesse commune. Enfin, la recherche du profit, qui s'effectue au détriment de la richesse réelle, n'est pas source de progrès: on peut comparer le spéculateur à un pilote de navire qui, pour aller plus vite et conserver le gouvernail, brûlerait le vaisseau lui-même et tout ce qui est à bord pour alimenter la chaudière!
Le pamphlet contre l'ex-président du jury d'agrégation de philosophie, François Dagognet, occupe la deuxième partie du livre. Il fait le procès d'une certaine culture universitaire qui, depuis Victor Cousin, considère les œuvres du passé comme des objets de musée, voire des supports de carrière, et non comme des boussoles pour guider l'homme d'aujourd'hui. Ce procès donne l'occasion de définir, souvent sur le mode humoristique, ce qu'est un philosophe et la philosophie. Sont convoqués au tribunal : Louis-Ferdinand Céline, à propos de son Entretien avec le professeur Y; Léopold Infeld à propos du mathématicien Evariste Galois, refusé deux fois à Polytechnique... pour les mathématiques! Pierre Leroux contre Victor Cousin; Joseph Ferrari contre l'agrégation; Schopenhauer contre Hegel, et enfin André Giresse, le juge de l'affaire de Broglie.

Extraits / Classés par thèmes


Poésie

Le puy Pariou


Philosophie

Contre la publicité suivi de: modèle d'affiche anti-pub
Le profit s'édifie aux dépens de la richesse réelle, suivi de: Est-ce que la publicité rend pédéraste?
Portrait du riche
Kant, fondement de la démocratie; Hegel, fondement du totalitarisme, et contre Marx
L'agrégation de philosophie
La peur de la mort, punition de l'égoïsme


Critique d'Art

Salvador Dali


Humour, contestation, provocation

Portrait d'un philosophe
La réunionnite
Deux collègues
Un adjudant en jupon
Autoportrait charge
Deuxième lettre au Ministre (dernière page)
Allocution de prérentrée au lycée de...