Plotin aujourd'hui
Plotin ou l'enchantement du monde?
2001 • 159 pages

<··· Retour

Extrait : La matière est un rêve

"La matière est le lieu de toutes choses et le réceptacle de n'importe quoi (ch. 13). L'être qu'on imagine en elle est un non-être et comme un jeu fugitif. Tout ce que l'on croit voir en elle se joue de nous et n'est qu'un fantôme dans un autre fantôme, exactement comme en un miroir, où l'objet apparaît ailleurs qu'à l'endroit où il est situé. En apparence, le miroir est plein d'objets, il ne contient rien et paraît tout avoir. Ce qui entre dans la matière et en sort, ce sont des images et des fantômes des êtres; fantômes qui pénètrent dans un fantôme sans forme. Comme elle est sans forme, les images qu'on y voit semblent agir sur elle, mais elles ne produisent rien, ce sont des êtres sans consistance, frêles et sans solidité. […] Fragile et mensonger, mensonge tombé sur un autre mensonge, ce reflet laisse la matière impassible, comme une vision de songe, comme un reflet sur l'eau ou dans un miroir (ch. 7). On ne croit pas à l'existence des reflets dans les miroirs parce que l'on voit bien le miroir où ils sont et parce que celui-ci reste quand ils s'en vont. Mais on ne voit pas la matière en elle-même, ni pendant qu'elle possède ces reflets ni quand elle ne les a plus. S'il était possible que les reflets dont se remplissent les miroirs subsistent, sans qu'on voie les miroirs eux-mêmes, on ne se défierait pas de la réalité des reflets qu'on y voit (ch. 13). La matière est une ombre (ch. 18). Ce que la matière a pris de l'être glisse sur elle comme sur une chose de nature étrangère, comme l'écho est renvoyé par les surfaces lisses et planes; comme le son ne reste pas sur ces surfaces, on s'imagine qu'il y était et qu'il en vient (ch. 14)."
Plotin, Ennéade III, 6e traité, ch. 7, 13 14, 18. Traduction Bréhier, Les belles lettres, 1925, 1963.

Extrait de Plotin aujourd'hui - Page 27

<··· Retour