René Garrigues Poète, philosophe, critique d'art, humoriste... et disciple d'Eros !

accueilcontact

Accueil

Voici une œuvre où convergent poésie, philosophie, érotisme, critique d'art, économie politique et écologie, humour et contestation. Elle est inspirée par Brueghel l'Ancien et les primitifs flamands, par la musique de Jean-Sébastien Bach, par la pensée de Plotin et des Grecs et par certaines tendances de la science actuelle (thermodynamique et non-séparabilité), mais aussi par quelques expériences vécues. Elle rompt avec la langue de bois et le jargon habituels en philosophie et n'hésite pas à attaquer l'intelligentsia qui considère les philosophes comme des pièces de musée et la philosophie comme leur prébende. Elle ne s'appuie pas sur des généralités vagues, mais sur des exemples concrets, précis, étudiés parfois à la loupe.

« Il existe des personnes chez qui la beauté - celle des paysages, celle des visages, celle des œuvres d'art - fait office de révélation véritable, de chemin de Damas fréquemment retrouvé. L'intellectualisme radical des couches les plus médiatisées de l'art actuel réduit ces personnes à l'anonymat. Mais ce même anonymat les préserve de la souillure du show-biz. En cela il est salvateur. » Bernard d'Espagnat, Traité de physique et de philosophie, Ed. Fayard, 2002, page 493.

Notez bien que Maurice Allais, partisan d'une autre Europe, major de Polytechnique et le seul prix Nobel français d'économie, n'est jamais interviewé sur aucun média, lui non plus ! Je considère l'article sur Maurice Allais que l'on peut lire ici
comme le plus important de tout ce que j'ai écrit, parce que cet auteur, s'il n'était pas censuré, pourrait sauver l'Europe de la catastrophe qui l'attend (écrit avant la crise) !

De toute manière, je fais mienne cette réponse de Louis-Ferdinand Céline à une journaliste qui lui demandait : « Pour qui écrivez-vous ? » : « Je n'écris pas pour quelqu'un. C'est la dernière des choses, s'abaisser à ça. On écrit pour la chose en elle-même. » (Interview de L'express de juin1957.)

René Garrigues = Ruiner agrégés* = Guérir enragés (anagramme double, programmative, avec acrostiche)
*agrégé : du latin ad = entrer dans et gregem = le troupeau de moutons

Cette œuvre progresse dans les six ouvrages suivants, dans l'ordre chronologique, puis dans les Textes publiés seulement sur Internet. Les numéros précédant les titres indiquent les préférences de l'auteur : ainsi, La Vierge aux cerises serait le meilleur des six ouvrages...)

6. Leçons de philosophie pour une révolution culturelle - 1978 - 141 pages
Un premier essai, inspiré par Julien Benda et Jacques Monod et aussi une critique virulente de l'Education nationale et de la société moderne.

4. Essai sur Bach et Brueghel - 1983 - 51 pages
Comporte de nombreuses reproductions et tente de construire, sur le modèle de ces deux artistes majeurs, un rapport au monde qui soit source de sérénité et de paix.
Invention BWV 784 de Jean-Sébastien Bach interprétée par René Garrigues (1mn 31s).
Petit prélude de Jean-Sébastien Bach interprété par René Garrigues (2mn 15s)
Gigue de la partita BWV 1004 jouée à la harpe par Zabaleta (3mn 50)

5. Kant, Thom, Heidegger - 1985 - 66 pages
Propose une nouvelle interprétation de Kant, grâce à qui l'homme peut trouver le bonheur dans le monde réel, le monde des phénomènes, et aussi dans la caverne de Platon.

3. La Richesse - 1988 -174 pages
sous-titre: Richesse, profit et spéculation

A partir d'une définition précise de la Richesse, cet ouvrage critique l'économie politique et explique comment la recherche du profit s'édifie au détriment de la richesse réelle.
La deuxième partie de l'ouvrage comporte un pamphlet contre l'ex-président du jury d'agrégation de philosophie, François Dagognet.

1. La Vierge aux cerises - roman - 1998 - 457 pages
sous-titre: Souvenirs d'une autre vie

C'est certainement le meilleur des six ouvrages, car on y trouve tous les thèmes de l'œuvre, harmonieusement conjugués, et la notion d'écologie profonde. C'est une belle histoire d'amour, très charnelle et euphorique, qui se déroule, sous l'égide de Bach, Quentin Metsys et Plotin, dans quelques magnifiques sites du centre de la France.

2. Plotin aujourd'hui - 2001 -159 pages
sous-titre: Plotin ou l'enchantement du monde?
Clôt l'œuvre par un retour à la source qui l'a inspirée. Une étude très précise des textes permet d'affirmer que la beauté du monde, probablement liée à la non-séparabilité de la physique actuelle, n'est pas un leurre, mais que Plotin ne résout pas le problème du mal et que Dieu se désintéresse apparemment des hommes.

Cent quarante-quatre textes anciens ou récents publiés seulement sur Internet (2005-2015)

Cette section, due à l'incurie des éditeurs et des médias, comporte : poésie, philosophie, politique, économie politique, textes d'auteurs avec commentaires, lettres, érotisme, critique d'art, humour, contestation.

Finalement, le fil d'Ariane de cette œuvre est une quête difficile du bonheur et de la sérénité par la contemplation et, au moyen de la lutte contre la mauvaise foi et l'avidité, un essai pour instaurer la paix entre les hommes.

« États généraux de la philosophie » à la Sorbonne en 1979 (12mn 50s)
3e interview (sur 4) de René Garrigues par Gilles Lapouge sur France Culture en 1988 (25mn 18s)
 Allocution de prérentrée au lycée de Vichy en 1990 (5mn 28s)
 Gérard de Nerval dit par René Garrigues
René Garrigues chante Brassens
Jean-Sébastien Bach : cantate 131 Aus der Tiefe rufe ich, Herr, zu dir (coro, aria, 2e coro), et largo de la sonate BWV 1017 pour violon et clavecin (durée totale : 20 mn 9s), à jouer le jour de ma mort

 

 

 

un compteur pour votre site